Actualité

JEAN-FRANÇOIS MOREAU SE MET EN CONGÉ DE L'ADAMAP POUR DEUX ANS

A la suite d'une AG cafouilleuse et neuf ans d'actions en faveur du Musée de l'AP-HP et de l'ADAMAP, le président d'honneur a décidé de s'en retirer provisoirement à partir du 31 décembre 2013...

> SUITE

LE NOUVEAU BLOG DE L'ADAMAP EST OUVERT

http://adamap.over-blog.com devient le site officiel de l'ADAMAP. www.adamap.fr devient un fond historique gelé géré par l'ACSATIM...

> SUITE

LA MUSÉOLOGIE HOSPITALIÈRE DEVIENT UNE RÉALITÉ

24 janvier 2014: 2e Vendredi International de Muséologie Hospitalière = "Les Hôtel-Dieu de France et d'ailleurs". 28-30 avril 2014 à Lyon 12 heures de Muséologie Hospitalière au 5e Congrès de la Société Française d'Histoire des Sciences et des Techniques

> SUITE

Good bye Mireille Faugère... Good morning Martin Hirsch...

Quelles conséquences sur l'implantation du Musée de l'AP-HP dans l'Hôtel-Dieu?...

> SUITE

LE MOT DU PRÉSIDENT-FONDATEUR : HENRI NAHUM - 2003-2009

 L'ASSOCIATION DES AMIS DU MUSÉE DE L'ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS 

LE MOT DU PRÉSIDENT :  JEAN-FRANÇOIS MOREAU - 2010-2012.

Jean-François Moreau, 2 février 2010      

LE MOT DU PRÉSIDENT : JACQUES DESCHAMPS - 2013-2015

 Télécharger l'original en PDF

 

Avec le nouveau Bureau, qui échange régulièrement sur les objectifs et les actions de notre association, je suis conscient de l'énergie et de la conviction qu'il faudra pour construire le nouveau musée de l'APHP.

 

Ainsi nous nous engageons à rester aussi déterminés que Jean-François Moreau dans ses actions pour s'opposer à la disparition du musée.


Nous sommes plusieurs de l'ancien Bureau, avec votre soutien et celui des 5555 signatures de la pétition, à nous être déjà confrontés à de sérieuses difficultés et nous savons qu'il en surgira de nouvelles tout au long de cette mandature. Les nombreux documents stratégiques que sait produire l'AP-HP parviennent toujours difficilement à se concrétiser en projets clairement établis, pilotés et bien-sûr, financés. A l'évidence, la transformation de l'Hôtel-Dieu n'échappera pas à cette règle car ce site hospitalier, est, par bien des côtés emblématique : son histoire, les enjeux qu'il cristallise, les espoirs et les craintes qu'il suscite constituent un cocktail que nous savons déjà très corsé et potentiellement explosif. Néanmoins, l' ADAMAP salue avec la plus grande satisfaction l'étape importante qui vient d'être franchie.

A l'engagement clair de la Directrice Générale pris lors du vernissage de l'exposition itinérante à la Pitié Salpêtrière, nous trouvons, dans le communiqué de presse diffusé le 15 février, une confirmation publique et conforme à nos espérances de la relocalisation projetée du musée. Nous sommes disponibles pour participer à toutes les phases futures du projet jusqu'à l'ouverture dans 3 ou 4 ans. Il conviendra que parallèlement les opérations nécessaires au financement des opérations soient engagées : redéfinition d'un siège resserré de l'institution et vente des immeubles qui l'abritent dans sa configuration actuelle.

1. Nous sommes persuadés qu'il faut d'ores et déjà mettre en place les structures nécessaires pour que le projet scientifique et culturel du nouveau musée se concrétise : comités de parrainage et scientifique ambitieux, comité de pilotage du projet solidement établi.

 

2. Nous devons demeurer attentifs à ce que le musée bénéficie durant toute cette période et à chaque étape des compétences et des ressources suffisantes pour à la fois :

- poursuivre ses missions de musée de France :
                  conception des expositions temporaires itinérantes,
                  collecte et documentation de nouveaux dépôts;
- participer aux réflexions et études qui conduiront à la conception et à la réalisation des nouveaux espaces.

L' ADAMAP marque son soutien à l'équipe muséale aujourd'hui réduite à trois compétences, qui devra donc être renforcée et bénéficier d'ouverture de postes le moment venu pour faire face à la montée en charge du projet.

3. Nous devons dès à présent auprès des différents acteurs de l'institution et aux côtés de la Direction du service aux patients et de la communication faire connaître l'intérêt et toutes les dimensions du projet « Hôtel-Dieu ».

Il doit être compris et soutenu à l'intérieur de l'AP-HP : le corps médical comme les autres professions hospitalières sont à sensibiliser. Le chantier de la formation initiale et permanente doit être rouvert. Les apports de l'histoire et de notre musée dans ce domaine sont aujourd'hui sous-estimés.

4. Nous attendons, après les réflexions développées ces derniers mois, la clarification d'une politique culturelle qui soit à la mesure de notre institution. I

Il reste encore beaucoup à faire pour que soit lisible et crédible l'engagement de l'AP-HP de concrétiser cette politique en direction des personnels et des malades : partenariats avec des établissements culturels, qualité des réalisations soutenues dans les hôpitaux (art vivant, patrimoine historique) et des événements (colloques, concerts...). Les contraintes budgétaires, chroniques en la matière, ne sauraient expliquer la discrétion et l'éparpillement des initiatives constatées aujourd'hui. Cette exigence, nous nous efforcerons d'y répondre, et certainement en pleine entente avec l'association des anciens «A.A.A», par un riche programme de conférences et de visites dont nous vous tiendrons régulièrement informés. Ainsi, nous demeurerons les amis fidèles du musée et un des acteurs de la politique culturelle de l'AP-HP.

Enfin, nous nous efforcerons de développer l'association et d'y accueillir de nouveaux membres, avec le souci d'être le plus représentatif de sa diversité. Nous consoliderons les liens déjà tissés avec les amis des musées de France et avec des sociétés européennes voisines.

Le Président et l'ensemble du Bureau s'engagent pour que l'ADAMAP soit en capacité à la fois de défendre et de proposer. Les points forts que je viens de présenter seront au coeur de nos actions et de nos contributions, nous saurons les reprendre dans le dialogue que nous souhaitons maintenir avec l'AP-HP.

Jacques Deschamps
Editorial du Président
11 mars 2013